UNIS et solidaires face à la crise !

Mobilités

Mieux se déplacer  !

Après cette période de grande immobilisation, et dans le déconfinement actuel, la question des mobilités est centrale : dans notre vie sociale, dans notre vie économique tout comme dans notre rapport à la ville et à l’environnement. Les nouvelles règles sanitaires risquent d’engendrer un retour général à la voiture individuelle, ce qui (outre des effets écologiques dévastateurs) n’est pas praticable dans les faits, et signifierait engorgements et bouchons massifs. Dans le même temps, la distanciation physique fait chuter la capacité d’un bus ou d’un Mettis de 60 à 80%, soit… 30 à 60 voyageurs au lieu de 150 pour un mettis. Ce à quoi s’ajoutera la méfiance physique et sanitaire vis-à-vis d’un véhicule collectif par nature.
Comment alors mieux se déplacer aujourd’hui, et préparer les mobilités du déconfinement ?

Voici, à très court et moyen terme, plusieurs pistes pour faciliter nos déplacements en répondant à la nouvelle exigence sanitaire :

___🚶‍♀️🚶‍♂️___Facilitons et adoucissons les trajets piétons : conservons en « piéton » ou en circulation apaisée le maximum de rues possibles, afin que les distances physiques entre passants soient plus facilement respectées, conjugués à l’agrément retrouvé de ces rues (espace, calme, qualité de l’air) notamment pour les plus petits et les plus âgés. Dans le même esprit, multiplions dès à présent les bancs pour les haltes nécessaires.

___🚌___A court et moyen terme, accompagnons d’une part notre délégataire (Keolis, c’est-à-dire les TAMM) dans son renforcement de l’offre (plus de passages, donc moins de bus bondés), son exemplarité sanitaire (nettoyage déjà très fréquents, mise à disposition de gel hydro-alcoolique et de gants, sécurisation des personnels des TAMM, etc.) ; accompagnons lors de la reprise nos entreprises dans les nouvelles mobilités (vélo et covoiturage); et agissons pour le maintien des dérogations actuelles sur le télétravail et singulièrement des frontaliers (au-delà des 29 jours télétravaillés par an, comme le souhaite notamment l’OGBL Syndicat No 1 au Luxembourg ).

___🚲___Enfin et surtout, le vélo est la solution dès maintenant ! Comme cela se passe en ce moment-même dans toutes les grandes villes d’Europe et de France, agissons tout de suite pour faciliter puissamment la circulation des vélos – déplacements sains et rapides qui facilitent nos vies et déchargent le réseau de transport. Faisons-le en gardant à l’esprit que les cyclistes ne sont pas et ne seront pas forcément de jeunes personnes en bonne forme, mais des familles ou des personnes âgées, des personnes qui pour la plupart n’étaient pas cyclistes réguliers. Nous avons pour cela besoin de services (remise en état et réparation de vélos), d’une offre d’achat ou de location accrue (bourses aux vélos de Metz à Vélo , locations du Met’ pour les vélos & Vélos à Assistance Electrique), de nouveaux arceaux et parcs à vélos, d’une communication positive et attractive, de complémentarité avec les bus (racks à l’arrière quand la loi le rendra possible, ou aménagements intérieurs profitant de l’espace libéré par la distanciation physique),
mais surtout, SURTOUT de nouveaux aménagements, même temporaires :

🛣Etablissons tout de suite des axes vélo sécurisés ! Dans l’idéal les axes traversant de la Nouvelle Ville, du Sablon ; le “ring” Paixhans/Maginot/Foch ; la route de Borny; les axes vers l’Université et vers le Technopôle, et évidemment les intersections souvent dangereuses. Pour l’immédiat et le “prioritaire”, la carte derrière ce mini-lien donne les préconisations de Metz à Vélo  : https://urlz.fr/cvmm . L’important est de libérer de vrais grands axes : à Lyon (et même Nice!) ce sont des rues entières, mais des voies de circulation entièrement réservées serait déjà un énorme pas en avant. Montpellier, Paris, Grenoble, Lille, Angers s’y sont déjà mises.

 La bonne nouvelle, c’est que Metz Métropole  y est favorable. Mais il faut agir vite, avant le 4 mai pour que le réseau temporaire ait le temps de faire la preuve de son intérêt, que la circulation cycliste sur ces axes devienne réellement importante – tout en restant pragmatique et adaptable en fonction de l’évolution de la situation.

Nous ne retrouverons pas avant longtemps une fenêtre de tir aussi favorable à la fluidification et l’apaisement des circulations en ville !

Commerces

UNIS ! pour nos commerces

Le covid19 et le confinement mettent à très rude épreuve nos commerces – qui font la fierté et le visage de Metz, et emploient des milliers d’entre nous. La plupart ne peuvent pas encore rouvrir. D’autres font le pari de la commande ou de la livraison, et innovent (encourageons-les en consommant local !), mais tous affrontent une importante baisse voire une absence de chiffre d’affaires, des difficultés d’approvisionnement, des crédits et des loyers qui souvent restent dus. L’Etat et la Région ont bien déployé des solutions (prêts garantis, mais dépendants de la situation financière pré-existante des commerces ; fonds de solidarité ou fonds régional « Résistance », mais sous condition et naturellement plafonnés) ainsi que la Métropole et la Ville : remises de loyers dans les cellules appartenant à la ville, annulation au prorata de la redevance sur les terrasses, de la taxe sur les enseignes, des droits de place sur les marchés, appels aux annulations de loyers de la part des bailleurs privés, etc.

De l’immédiat au moyen terme, nous partageons ici en complément une série de propositions pour aider nos commerces.

____🌬___ Allégeons la pression fiscale immédiate sur les commerces !
Exonération de la Taxe locale sur les Enseignes et exonération des redevances sur les terrasses, non seulement sur la période du confinement (déjà actée) mais sur la TOTALITE de 2020, afin de redonner du souffle les prochains mois aux commerçantes et commerçants.

___🏞___ Renforçons le tourisme grand-régional !
La crise affectera tous les déplacements lointains, nous devons donc nous adresser prioritairement à tous nos visiteurs de la Grande Région, qui viennent à Metz en train, en voiture, en vélo. Ils sont fort heureusement majoritaires parmi nos touristes (50% viennent d’Allemagne, mais aussi des Pays-Bas, de Belgique, marginalement du Luxembourg), Metz sera donc un peu moins fragilisée que les très grandes destinations internationales. Le cyclotourisme, le tourisme viticole et de nature (coteaux de la Moselle) peuvent être encore largement développés, en relais du tourisme patrimonial et culturel déjà bien installé à Metz. Sur ce point nous comptons l’atout de Constellations, bien identifié dans la grande région, et si nos musées et centres d’art (Pompidou-Metz) viennent à souffrir de règles sanitaires, alors diffusons leurs œuvres reproduites hors-les-murs, dans toute la ville. Avec la fédération des commerçants seront engagées de nouvelles animations fortes au centre-ville : là encore la ville devra (financièrement) appuyer les associations de commerçants bien au-delà des standards, afin que tienne et vive le centre-ville. Associations qui à leur tour seront des ressources pour la vie quotidienne des commerçants : être plus visible et notamment en ligne, mutualiser les livraisons, développer la vie de quartier…

____🛍____Développons l’achat local, avec une “monnaie locale” !
Cela veut dire avoir une politique sociale ambitieuse, car beaucoup de Messines et de Messins sont et seront prochainement confrontés à des difficultés financières, ou physiques – notamment les personnes âgées en raison des nouvelles recommandations sanitaires. Or l’activité de notre commerce en dépend, et il s’agit, aussi, en accédant aux commerces, de participer à la vie sociale de notre ville. A l’action sociale précieuse du CCAS nous proposions d’adjoindre un dispositif de monnaie locale pour tous. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de crédits utilisables chez les commerces partenaires, commerces qui valorisent les produits locaux. L’amorce de ce système existe déjà, et nous pourrions en faire une vraie « monnaie locale » en l’étendant plus largement à tous les services municipaux (sport, culture, etc.). Verser à ceux qui en ont besoin, en plus des aides existantes, des compléments en monnaie locale, c’est donc à la fois renforcer le pouvoir d’achat des bénéficiaires, et verser une aide indirecte supplémentaire aux commerces locaux partenaires.

___🏣___Intervenons plus directement dans l’immobilier commercial !
Certaines artères du centre-ville ou de certains quartiers souffriront de fermetures nombreuses, entraînant des effets en cascade sur la ville. Nous avions imaginé une intervention publique plus forte contre la vacance commerciale avec des achats/préemption et remise sur le marché. Il faudra manifestement aller au-delà dans un premier temps, en multipliant les opérations de reprise, de manière à stimuler les activités créatrices d’emplois (économie verte, sociale et solidaire) et stopper les contagions de fermetures : car moins il y a d’activité dans une rue, moins les commerces alentours ont de passages. Cette intervention, doublée d’une politique résidentielle (remettre des habitants au centre-ville, en réhabilitant les étages parfois condamnés des immeubles) a pour corollaire l’arrêt total du développement des surfaces commerciales en périphérie. Pas de concurrence supplémentaire !

⚠ Ces propositions, qui ne sont pas limitatives loin s’en faut, frappent par leur coût : un million pour l’exonération totale de Taxe sur les enseignes, 375 000 euros pour les redevances annuelles sur les terrasses, des compléments d’aides sociales pour les plus fragiles et personnes âgées qui dépasseraient les deux millions en année pleine, une politique d’intervention immobilière et foncière lourde, quoique partagée avec la métropole… Face à ces dépenses et en pleine crise sociale, il ne peut pas être question d’abandonner des pans entiers de l’action publique, ni même de faire payer ces mesures par des impôts supplémentaires aux habitants. Seul l’emprunt permettra d’y répondre à brève échéance, comme on l’observe à Paris, ou même Luxembourg et Bruxelles. Nous pouvons encore à Metz nous le permettre. Car ou bien la collectivité absorbe le choc financier au nom et à la place de la ville et de ses habitants, de ses entreprises, ou bien la collectivité se préserve financièrement, dans un souci d’équilibre… mais alors le choc se traduira en misère grandissante, en commerces surnageant à grand-peine, dévitalisant ainsi le territoire pour les prochaines années.

Face au choc de la pandémie, n’ayons pas la main qui tremble. Comme nos aînés avant nous face à d’autres crises majeures, répondons par une puissante et durable intervention publique – probablement notre dernière occasion de protéger la ville dans le dérèglement climatique.

Démocratie

Face à la crise démocratique, ouvrons nos assemblées !

La crise du covid19 est aussi une crise démocratique : élections suspendues ; nouveaux conseils municipaux dans l’incapacité de s’installer ; suspension de la vie normale des assemblées du pays; et faculté de se réunir empêchée par les circonstances sanitaires. Nous voici dans une situation inédite où la crise qui frappe le pays éteint dans le même temps sa vitalité politique.

Convaincus que notre capacité à dialoguer et partager les décisions – et les efforts qu’elles impliquent- est une force considérable, nous formulons plusieurs propositions de court ou moyen terme de nature à aider la ville :

___ 🗝___En amont des futurs conseils municipaux et communautaires, ouvrir les commissions préparatoires (finances, éducation, développement économique, urbanisme, etc.), à titre expérimental, aux représentants d’associations, de chambres consulaires (Chambre de Commerce et d’Industrie, d’Artisanat, d’Agriculture), de syndicats, afin de donner une faculté de dialogue supplémentaire. Confinés, nous avons besoin de cet échange pluriel, générateur de sens.

___ 💬___Dans le même esprit, réunir en visioconférence l’une des assemblées citoyennes existantes (pourquoi pas le Conseil de développement durable ou CODEV) pour partager avec les citoyens membres la démarche locale de déconfinement : la présenter, l’expliquer, au besoin l’ajuster et la modifier. La même démarche peut impliquer les comités de quartier, pour des réponses plus locales, ou encore le Conseil des Séniors, pour lesquels les problématiques sont encore différentes.

___ 🏘 ___Lors du déconfinement, s’appuyer précisément sur les comités de quartier pour faire revivre le lien social : procéder à leur renouvellement et leur ouverture (à faciliter par des dispositifs nouveaux, tels que les gardes d’enfants ou tout autre service de nature à faciliter l’engagement des actifs); enrichir les réunions d’actions culturelles et de solidarité, assurer une présentation locale des actions de déconfinement. Nos comités de quartiers auraient par ailleurs intérêt, dans notre nouveau monde, à s’appuyer sur des comités locaux encore plus spécifiques, mobilisant moins de monde mais plus proches de nos quotidiens en ville (Village et lotissements pour Magny ; Pontiffroy, Fort-Moselle, Saint-Marcel et Saint-Vincent pour les Îles ; Plantières ; Bas de Queuleu, Tivoli, Hauts-de-Queuleu, Côteaux de la Seille pour Queuleu-Plantières ; etc.).

Au delà de ces mesures d’urgence et de déconfinement, c’est toute une démarche d’intégration plus forte des messins dans la ville qu’il faudra engager, en tenant compte des réalités historiques et politiques, mais sans jamais renoncer à innover et expérimenter : citoyen par citoyen, famille par famille, association par association, arriver à ce que chacun(e) se sente légitime dans nos assemblées décisionnaires. Il n’y a pas de fatalité en la matière, et Metz peut relever ce défi – salutaire pour notre cohésion et capacité de résistance aux chocs.

illustration : Sempé

Éducation

Nous devrons défendre l’école comme on défend l’hôpital !

« Ecole à la maison », « continuité pédagogique », « nation apprenante »… Autant de propositions séduisantes sur le papier, mais contrariées par les faits : connexions impossibles ou aléatoires, parents démunis (un parent n’est pas un enseignant), enfants stressés, enseignants qui se démènent pour assurer leur mission avec les moyens du bord – et endurent d’énièmes polémiques sur leur travail…

Les vacances scolaires et la fin de l’année scolaire approchant, temps de déconnexion salutaires, chacun comprend désormais que l’enjeu est plutôt à la consolidation des savoirs, au bien-être des enfants et des familles plutôt qu’aux marches forcées. Reste que ce confinement présente le risque majeur de creuser, encore, les inégalités culturelles et sociales existantes.

A cela aussi nous devons consacrer attentions et moyens, sous peine de subir demain une autre vague de victimes : nos enfants démunis des ressources culturelles leur permettant de reconstruire notre monde.
De l’immédiat au moyen terme, nous partageons ici une série de propositions d’appui aux enseignants dans leur mission.

___👧___ Etendons les gardes d’enfants.
La municipalité a très rapidement mis en œuvre des mesures de garde des enfants pour les personnels soignants mais également les policiers et pompiers. Il serait intéressant, dans le respect des capacités sanitaires, de l’étendre aux enfants de personnes exerçant des fonctions indispensables hors du domicile (CCAS et associations de solidarité, énergie, distribution alimentaire, etc.), afin que ceux-ci puissent se consacrer à leur mission au service de l’intérêt général.

___🗣___ (Re-)finançons les associations éducatives
Apporter une contribution exceptionnelle au fonctionnement des associations qui concourent actuellement à partager le savoir et la culture, en appui de l’éducation nationale. Voilà l’occasion de revaloriser symboliquement et matériellement l’éducation populaire et ses structures (MJC), au service des enfants et jeunes adultes comme des parents. Ce sera également, le plus tôt possible, mobiliser les temps culturels et sportifs à venir (animations estivales) pour des missions pédagogiques.

___📖___ Déconfinons les livres.
Plusieurs centaines de milliers de documents sont actuellement confinés dans les bibliothèques-médiathèques : étudions les possibilités de les déconfiner (accès aux sites sur réservation, livraison, etc.) en se basant sur les recommandations sanitaires de l’ IFLA – International Federation of Library Associations and Institutions et des professionnels des Bibliothèques Médiathèques de Metz. Le livre délivre, et plus que jamais ces ressources sont de première nécessité pour des familles parfois livrées aux seuls écrans. De la même manière, une réflexion sur une ouverture ponctuelle et réglementée des écoles permettraient aux familles le souhaitant d’y récupérer matériel et fournitures.

___💻___ Un nouveau plan numérique pour les écoles.
Investir des moyens nouveaux pour atténuer autant que possible la fracture numérique : Il est sans doute trop tard pour cette crise, et les enseignants, comme les élèves font avec les moyens du bord, tant bien que mal. Mais il sera essentiel dès 2020 de rééquiper plus largement nos enfants – au-delà des seules classes – en matériel pédagogique numérique (tablettes, clés 4G permettant aux familles de se connecter plus facilement, etc.), dans le cadre d’une politique éducative saine et raisonnée des écrans, en lien avec tous les partenaires (l’institution, les parents d’élèves, la ville…).

Enfin et surtout, il faudra ici et à Paris défendre l’école comme on défend l’hôpital, donner aux enseignants comme aux soignants les moyens d’exercer leur mission, aviver le foyer de l’instruction publique.

Agriculture

Déconfinons nos idées pour la production agricole locale !

La première manifestation spectaculaire de la crise du Coronavirus fut la ruée dans les supermarchés et les rayons vides de certains produits. Suivirent les craintes de rupture des approvisionnements, la recherche de produits locaux, le repli vers les marchés de plein-air, et dans nos cuisines les discussions sur nos pratiques alimentaires, demain. Plus que jamais l’alimentation et la production agricole locale sont d’actualité.
L’agriculture est le domaine du temps long – celui des récoltes et des grands équilibres naturels.
Pour autant, plusieurs actions nous semblent utiles dès maintenant dans la crise que nous traversons.

___ 👩‍🔧___Renforcer l’appareil administratif de la métropole sur ces sujets : disposer de personnels en nombre suffisant pour appuyer le travail des agriculteurs et de la Chambre d’agriculture : recherche de terrains, développement des débouchés publics (cantines, restaurants administratifs) ou débouchés privés (magasins de producteurs dans les cellules commerciales en centre-ville et centre-bourg), coordination des dons solidaires au bénéfice des plus démunis en lien avec le CCAS et les associations de solidarité comme le secours populaire ou le secours catholique.

___ 🍓___Privilégier plus de marchés locaux, dans les quartiers, quitte à en réduire l’amplitude horaire, de manière à limiter les grandes concentrations dans la cour du marché couvert, au Sablon, à Borny, ou place Philippe de Vigneulles. C’est l’occasion de tester, Bellecroix (place de la Brigade Alsace-Lorraine), et/ou Magny, et/ou Devant-les-Ponts.

___ 💁‍♂️___En réponse aux contraintes sanitaires pour nos écoles (maximum 15 élèves dans les salles de classe), réfléchir avec le corps enseignant aux actions éducatives de plein air, notamment proches de cultures (parc de la Seille- Jardin Jean-Marie Pelt…), afin de sensibiliser dès maintenant la jeune génération.

___⌛️___Décider lors d’un prochain conseil communautaire un moratoire sur tous les projets d’artificialisation de terres actuellement cultivées. Sur la base de l’article L. 125-1 du code rural, inviter tous les propriétaires de friches à les remettre en culture – avec toutes les précautions nécessaires pour la préservation de la biodiversité et l’équilibre entre nature cultivée et nature sauvage.

Sur le moyen et long terme des actions de nature foncière seront en effet impératives, pour développer la sécurité alimentaire de la métropole, accompagner l’agriculture durable et biologique, offrir des opportunités concrètes et viables aux diplômés du lycée agricole de Courcelles-Chaussy, développer l’agrobiopôle de Frescaty en cohérence avec nos besoins, fournir l’ensemble des sites de distribution de la métropole et du pays messin. A la métropole et ses partenaires reviendra la responsabilité de rendre visibles les producteurs et d’encourager la production locale (en s’appuyant sur les réseaux de producteurs labellisés MOSL) et de doter le territoire de solutions de conservation et de transformation pour faciliter la distribution (comme la Conserverie Locale). Mais rien ne se fera si dès maintenant, au cœur de la crise, nous ne gelons pas l’artificialisation de terres agricoles et n’instaurons pas les bonnes pratiques d’achat local.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Rejoignez la liste
résolument
écologistesociale et
citoyenne

🛒 En 2018, Metz Métropole compte 1 493 m² de surfaces commerciales pour 1 000 habitants, contre une moyenne nationale de 961 m². Un chiffre en très forte hausse ces dernières années, en raison notamment de l’ouverture des centres commerciaux Waves et Muse ainsi que de l’extension d’hypermarchés alimentaires.

Face à tous ces projets, #UnisPourMetz s’engage à défendre le commerce de proximité :
👉 refuser toute nouvelle implantation ou extension de surface commerciale en périphérie
👉 lutter contre la vacance des cellules commerciales en mobilisant les sociétés publiques qui aménagent la périphérie pour les rediriger sur le centre-ville – rachat et rénovation des cellules commerciales vacantes
👉 défendre l’emploi public et les services publics dans tous les quartiers de Metz
👉 développer une monnaie locale pour soutenir le commerce de proximité et les producteurs locaux.

Végétaliser les cours d'école à Metz

🏫 Les cours d’écoles représentent plusieurs hectares de surface bétonnées et imperméables reparties dans toute la ville de Metz. Elles contribuent à la formation des îlots de chaleur urbains.
Nous souhaitons les transformer en espaces végétalisés pour créer des zones de fraicheur pour nos enfants et tous les habitants. Dans cet objectif, #UnisPourMetz s’engage à :

👉 casser du béton et de l’asphalte pour le remplacer par des sols perméables et des espaces de pleine terre;
👉 végétaliser massivement les cours d’écoles en plantant des arbres mais également en créant des murs et des toitures végétalisés – la création de jardins et potagers pourra être envisagée en coordination avec le projet et l’équipe pédagogiques;
👉 faire de l’égalité femme-homme un des objectifs du projet éducatif local et repenser l’aménagement des cours d’école dans cet objectif – une récente étude de l’UNICEF démontre l’inégal partage de l’espace en milieu scolaire.

Rejoignez la liste
résolument
écologistesociale et
citoyenne

Servir dans les cantines une alimentation 100% bio ou locale

🍏 Chaque jour, 3 700 repas sont servis dans les cantines de Metz : #UnisPourMetz s’engage à fournir aux enfants une alimentation 100% bio ou locale. La municipalité peut être un acteur clé de la transition alimentaire. Pour cela, favorisons le développement d’une agriculture locale respectueuse de l’environnement et sensibilisons dès le plus jeune âge aux bonnes habitudes alimentaires.

👉 Proposons 100% de produits locaux ou bio dans les assiettes
👉 Agrandissons la cuisine centrale en y intégrant une légumerie
👉 Luttons contre le gaspillage alimentaire qui représente environ 90 tonnes / an dans les cantines messines

Offrir à tous les enfants un socle de fournitures scolaires

🖍 Selon la Confédération Syndicale des Familles, la rentrée scolaire coûte 159 euros par an et par enfant. UNIS s’engage à prendre en charge un panier de fournitures scolaires pour les 6 000 élèves des écoles élémentaires de Metz.

L’achat groupé et concerté avec les professeurs permettra de baisser les coûts, offrir la même qualité de matériel à tous et de favoriser les produits locaux et éco-responsables !

Permettre un accès gratuit aux transports en commun pour les moins de 26 ans

🚌 Parce que l’utilisation massive de la voiture individuelle n’est plus tenable, tant pour le climat, la qualité de l’air que pour le pouvoir d’achat des habitants de la métropole, il est du devoir des collectivités territoriales de proposer des solutions moins polluantes et moins coûteuses pour les habitants.

👉 En plus d’un investissement massif dans l’offre en transports en commun et d’un plan de développement des modes de déplacements doux, #UnisPourMetz propose la gratuité des transports en commun pour les moins de 26 ans. L’objectif ?

Donner à tous les bonnes habitudes de mobilité et de permettre aux plus jeunes (dont le taux de pauvreté est fort) de se déplacer librement.

Créer un village des solidarités

Plus de 35 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté à Metz Métropole. Parmi celles-ci, des milliers de personnes sont en situation d’urgence et de grande précarité. Leur accueil est l’une des priorités d’UNIS afin que les situations indignes du “camp de Blida” ne soient plus qu’un lointain souvenir.

🤝 UNIS créera un village des solidarités dans une friche messine pour accueillir et offrir une porte d’entrée unique pour les plus démunis. Ce village proposera des locaux pour les associations solidaires et culturelles mais aussi des commerces et des lieux de vie pour en faire un lieu de partage et d’intégration.

Sur le modèle des Grands Voisins à Paris, chaque messine, chaque messin, chaque association sera invitée à interagir avec des univers différents, à expérimenter pour lutter contre l’exclusion.

Densifier et sécuriser la vie nocturne

🍻 La vie nocturne messine est de plus en plus dense. Parce qu’elle est source de convivialité mais aussi d’attractivité et d’emplois, nous souhaitons poursuivre une politique d’ouverture à toutes et tous des activités nocturnes.

👉 En plus d’un élargissement des horaires de bus jusqu’à 2h30 et de la mise en place d’un Conseil de la Vie nocturne, garant de la bonne cohabitation de la vie nocturne et diurne et de la conciliation entre tous les acteurs (riverains, structures culturelles, patrons de bars, restaurateurs…), nous nous engageons à sécuriser les heures tardives.

👉 Nous mettrons en place des “oasis nocturnes” (fontaines à eau, bouton d’appel d’urgence, recharge téléphone portable) pour que l’on ne se sente plus isolé.e au milieu de la nuit.

👮‍♂️👮‍♀️ Nous déploierons des brigades de nuits conjointes de police nationale et municipale aux heures de sortie des bars et des discothèques pour que chacune et chacun se sente en sécurité dans nos rues, sur nos places à chaque heure du jour et de la nuit.

🌳 Et parce que la vie nocturne doit être écologique, nous travaillerons à la transition « zéro consommable plastique » en accompagnant les débits de boisson.

Casser du béton et végétaliser massivement la ville

🌳 Depuis 1990, l’aire urbaine de Metz consomme près de 12 hectares de terres naturelles ou agricoles par an. Maillon essentiel de la lutte contre le réchauffement climatique, contre la pollution de l’air et pour la sauvegarde de la biodiversité, la (re)végétalisation de Metz est une nécessité absolue. #UnisPourMetz s’engage à :

👉 mettre en place un plan de végétalisation massif dans les rues, sur les places, sur les bâtiments, sur les parkings et dans les cours d’écoles
👉 assurer la préservation et la protection de l’ensemble du patrimoine naturel via notamment un arrêté anti-pesticide
👉 créer des zones de “libre évolution” de la nature dans certains espaces spécifiques tel que le Fort de Queuleu
👉 stopper l’étalement urbain et l’artificalisation des sols en privilégiant la rénovation de friches messines

Favoriser les résidences d'artistes et créer une maison du théâtre

🎭 Les artistes et acteurs culturels locaux sont les garants de l’effervescence artistique de la ville. Notre devoir est de leur donner les outils pour travailler à Metz et pour donner envie à d’autres de s’y implanter. Imaginons de nouveaux lieux de création ! #UnisPourMetz s’engage à :

👉 créer une maison du théâtre, lieu d’accueil pour la création et les répétitions des compagnies amateurs et professionnelles du territoire, des ateliers mutalisés pour les artistes plasticiens et favoriser les résidences artistiques dans tous les domaines
👉 démocratiser la pratique artistique pour tous les publics en lien avec les structures culturelles et d’éducation populaire
👉 préserver l’écosystème culturel messin dans sa globalité en favorisant l’éclosion (ou le maintien) des acteurs intermédiaires (organisateurs d’événements, administrateurs de compagnies, diffuseurs, galeristes…), en impliquant les associations dans les orientations culturelles et en facilitant les synergies entre associations et institutions culturelles.

Favoriser le maintien à domicile et l'accessibilité aux services publics

👵 Plus de 25 000 personnes âgées de plus de 60 ans vivent à Metz. Un chiffre en constante augmentation. Pour pouvoir rester autonome sans forcément quitter son domicile, il est nécessaire de vivre dans un logement accessible, proche de commerces et de services de proximité. #UnisPourMetz s’engage à :

👉 promouvoir la retraite active et proposer des activités de prévention de la perte d’autonomie au sein d’une maison des séniors
👉 rendre accessible le parc social et soutenir la rénovation / adaptation des logements privés
👉 renforcer la présence et l’accessibilité des services publics dans tous les quartiers de la ville, garants du lien social et de la qualité de vie.

Zéros déchets dans les rues

Un français produit, en moyenne, plus de 500 Kg de déchets par an. La gestion des déchets est devenu primordial pour toutes les grandes agglomérations.

L’objectif zéro déchets dans les rues est ambitieux mais atteignable :
👉 en réduisant le gaspillage et en favorisant le partage et le réemploi avec la mise en place de trucothèques et de ressourceries dans les quartiers de la ville;
👉 en multipliant les points de collecte des biodéchets et en améliorant les consignes de tri;
👉 en amélioration la collecte et la fréquence du ramassage des ordures et en multipliant les points d’apports volontaires enterrés ou dans des locaux mutualisés.

Maintenir une offre de soin de qualité

🏥 Plus de 45% des médecins généralistes de Metz-Métropole ont plus de 55 ans et le déménagement des hôpitaux de centre-ville de Metz s’est accéléré ses dernières années.

Le Centre Hospitalier Bon-secours et la Maternité Sainte Croix ont déménagé vers la périphérie, la Clinique Claude Bernard a annoncé son départ, l’Hôpital Legouest se cherche un avenir… La diminution de l’offre de soins en centre-ville est inquiétante. #UnisPourMetz s’engage à maintenir une offre de services de santé à Metz Métropole et au centre-ville :

👉 Défendre l’hôpital Legouest et les partenariats développés avec l’hôpital de Mercy pour maintenir un hôpital de proximité dans le centre-ville de Metz
👉 Valoriser et renforcer la maison médicale de garde indispensable pour assurer la continuité des soins en dehors des heures d’ouvertures des médecins généralistes.

⚡️ À l’échelle de Metz Métropole, le secteur résidentiel – qui comprend le chauffage, l’eau chaude, la cuisson, et l’électricité domestique – est le premier consommateur d’énergie. Nous atteindrons 100% d’énergie renouvelable dans la consommation des ménages avant 2040.

Pour cela, nous développerons la production locale d’énergie renouvelable et les initiatives citoyennes dans le domaine. Nous souhaitons également réunir les conditions nécessaires à une transition énergétique qui profite à toutes et tous, en réduisant la consommation et la facture d’énergie des ménages. #UnisPourMetz s’engage à :

👉 Mettre en place des aides directes à la rénovation des logements avec UEM et regrouper l’ensemble des services dans une Maison de l’Habitat et de l’Énergie
👉 Créer des tarifs sociaux de l’énergie pour permettre à toutes et à tous de se chauffer convenablement
👉 Mettre en place des règles environnementales vertueuses pour tous les nouveaux aménagements urbains et grandes réhabilitations (impact carbone, énergie, eau, végétalisation…)
👉 Optimiser l’éclairage public et lutter contre la pollution lumineuse (enseignes la nuit).

Plus de 20% des messines et des messins vivent sous le seuil de pauvreté, ce taux atteint 50% dans certains quartiers de la ville. Afin d’en réduire le nombre, nous proposons d’expérimenter un minimum social garanti versée en monnaie locale. 🤝

👉 UNIS s’engage à créer une monnaie locale pour favoriser les achats dans les commerces de proximité et les circuits courts et de proximité. Cette monnaie sera utilisable dans l’ensemble des services de la municipalité.

👉 Versée en monnaie locale par le CCAS aux foyers de la communes dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté, cette aide locale apportera une aide pour l’alimentaire, la mobilité et l’énergie des messins les plus démunis.